Les applications du bien-être au travail - La Machine à Café
2273
post-template-default,single,single-post,postid-2273,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-13.3,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Les applications du bien-être au travail

Découvrir sur les réseaux que des applications smartphone proposent d’enrichir le quotidien des salariés me semble choquant.

Dans mes errements endormis sur les réseaux sociaux je vois passer un post qui m’a incité à revenir en arrière… « Perkbox […], une plateforme développée spécialement pour enrichir le quotidien des salariés au travail comme dans la vie privée ! »

Je clique sur le lien qui m’amène sur le site de l’éditeur et je lis « Perkbox aide des milliers d’entreprises à développer le bien-être au travail des salariés en offrant plus de pouvoir d’achats aux salariés ».

Mon intention n’est pas de critiquer la répétition dans la phrase d’accroche, pas plus que l’application en elle-même et les avantages qu’elle offre à ses clients (et leurs salariés).

Mais la démarche m’interpelle. Et surtout le parti pris d’associer « pouvoir d’achat » avec « bien-être ». Ou de promettre de « renforcer la culture d’entreprise » grâce à une application digitale.

Quel·le dirigeant·e pense réellement contribuer au bien-être de ses salariés en leur offrant des services via une application smartphone ? Perkbox suggère-t-il (ou elle ?) qu’un ou une manageuse pourrait lui déléguer des questions aussi importantes que le bien-être de ses salariés ?

N’espérez pas vous dédouaner de vos obligations RSE en adhérant à une telle application. Ses outils et usages sont certainement intéressants, mais ce n’est en rien une bonne méthode pour renforcer une culture d’entreprise ou le bien-être des collaborateurs. Sans compter que de pousser à la consommation n’est pas forcément dans l’air du temps, d’un point de vue environnemental en tout cas.

Une bonne communication interne, une bonne cohésion, et un vrai « kiff » pour les salariés de venir travailler s’appuient sur des relations humaines, non sur des échanges dématérialisés.

Il faut créer l’occasion de rencontres et d’échanges. C’est un préalable également à la gestion des conflits. Laissez parfois de côté les applications informatiques, tchats, sms, mails, smartphones, bref les outils numériques, pour re tenter l’expérience de l’échange, de moments informels mais néanmoins fondateurs. Vous verrez, les résultats sont confondants.

No Comments

Post A Comment